La Bible à l'épreuve du temps


Jusqu’à l’invention de l’imprimerie au XVième siècle, les textes étaient recopiés à la main sur divers supports. Comment, de ce fait, peut-on être sûr de leur fiabilité ? La question se pose à juste titre.

La version que nous avons aujourd’hui correspond-elle de manière fidèle à l'original ?




La transmission des manuscrits jusqu’à nos jours


Les manuscrits originaux, comme tout autre ouvrage, n’auraient jamais résisté à l’épreuve du temps. Aussi, un travail de copie d’une extrême rigueur a été réalisé par les Scribes et plus tard les Massorètes. Ils copiaient lettre à lettre et vérifiaient leur texte par un système de comptage de lettres très élaboré.


Si un manuscrit comptait plus de trois erreurs il était détruit!

Comment décide-t-on de la fiabilité d’un écrit ancien ?


Voyons tout d’abord les critères retenus pour s’assurer de la fiabilité d’un écrit et soumettons la Bible à cet exercice.


La critique textuelle


2 indicateurs important :

  1. Établir le nombre d’années séparant le document original et le plus ancien manuscrit existant

  2. Compter le nombre de copies existantes


Parlons des découvertes :


L’Ancien Testament et les manuscrits de la mer Morte



En 1947, un jeune bédouin fait une des plus grandes découvertes de tous les temps. Il trouve des jarres contenant d’anciens rouleaux dans des grottes à Qumran. Plus tard, des archéologues élargirent les recherches et mirent à jour 12 grottes contenant plus de 900 manuscrits de l’Ancien Testament.




Comment ces rouleaux sont-ils arrivés là ?


On pense qu’une communauté vivant dans le désert les auraient probablement cachés dans ces grottes pour éviter leur destruction par les romains entre 68 et 70 ap.J.C.

Tous les livres de l’Ancien Testament y sont représentés à l’exception du livre d’Esther.


Après de nombreuses analyses, les tests de datations situent la rédaction de certains d’entre eux vers 250 av. J.C.

Les textes remportent l’épreuve comparative avec succès, les spécialistes sont même surpris de la fidélité des copies.


Parmi l’un des manuscrits les plus emblématiques et les mieux conservés : les rouleaux d’Esaïe,qui serait selon certains spécialistes fiables à plus de 95 %, les différences ne relevant que de détails n’influant pas sur le sens (orthographe, emploi de synonymes, quelques erreurs de copies...).

Le livre d’Ésaïe a probablement été écrit entre 701 et 681 av. J.C. et les copies sont datées du IIème siècle environ. Cela nous permet de calculer un intervalle de 500 ans environ entre la rédaction et les premières copies découvertes.

Ce qui est absolument remarquable pour un écrit aussi ancien et retrouvé complet de surcroît !


Que dire du Nouveau Testament ?


Nous possédons 5000 manuscrits complets en grec et 24000 portions du Nouveau Testament, datant de 130 à 350 ap. J.C. Un intervalle si mince entre les faits et les manuscrits retrouvés, qu’il en devient négligeable.

Que pensez des copies ? Elles ont été réalisées avec minutie, si bien que les différences sont minimes et ne touchent ni le sens, ni la doctrine.


Prenons un exemple avec le « P52 », la plus ancienne copie du Nouveau Testament.

Un papyrus datant d’environ 125 ap. J.C, contenant les textes de Jean 18 : 31-33, 37-38.


L’écart avec l’original est d’environ 50 ans !

Qu’en est-il d’autres ouvrages ?


Mettons à présent la Bible face à d’autres manuscrits réputés comme étant des plus fiables quant à leur transmission.

L’Iliade d’Homère, un des seuls ouvrages pouvant être relativement comparé à la Bible dans ce domaine. Avec une rédaction entre 850 et 750 av. J.C on retrouve les 1ers fragments vers 400 av. J.C, soit 500 ans d’écart. Les premiers manuscrits complets se situant au 13ème siècle.


Pour ce qui est de beaucoup d’autres ouvrages, ils se comptent par quelques dizaines :


  • · « Guerre des Gaule » de Jules César (composé entre 58 et 50 av. J.C, on ne retrouvera que 9 à 10 manuscrits datés de 900 ans après la rédaction de l'original.

  • · « L’histoire Romaine » de Tite Live (59 av. J.C à 17 ap. J.C, seulement 35 des 142 livres ont survécu.

  • · « Histoires » de Tacite (100 ap. J.C) 4.5 livres sur 14 ont survécu et nous n’avons en notre possession aujourd’hui que 10 livres entiers et 2 partiels sur 16 de ses « Annales ».


Pour être honnête, si nous devions remettre en question la fiabilité de la Bible, alors nous devons remettre aussi en doute tout ce que nous savons de l’histoire classique en général. La Bible un livre exceptionnel ? Oui, sans aucun doute ! Car aucun n’ouvrage ne nous a été transmis avec autant de preuves de sa fiabilité!

La Bible, un livre pas comme les autres : à lire



Posts récents

Voir tout